les libellules dans le règne animal

Cher lecteur, si tu as lu l'article sur les libellules, tu n'auras pas manqué de t'aperçevoir qu'il n'était aucunement fait mention de la place des libellules dans le règne animal. Qui sont-elles? D'où viennent-elles? C'est par un souci de clarté que j'ai fait alors le choix de n'en rien dire, mais ne pouvant omettre d'aborder le sujet, je me devais de rédiger, ne serait-ce que succintement, le présent article.

Par soif de compréhension l'homme a toujours voulu classer les choses qui l'entouraient. La nature n'y a pas échappé et on dispose aujourd'hui de connaissances considérables dans ce domaine, et qui se traduisent par des arbres généalogiques. Le but recherché étant d'établir les liens de parenté entre les êtres vivants.

On pourrait alors se poser la question suivante: "Peut-on être certains que cette classification représente la réalité?". Je ne pense pas personnellement qu'il faille vouloir répondre oui ou non à cette question. Il me semble évident que l'homme n'a pas le recul nécessaire pour juger de la véracité de ses hypothèses. En revanche il peut admettre qu'elles sont au mieux de ce qui lui semble juste. Dès lors on peut considérer que la classification actuelle du monde vivant est un guide qui nous permet de mieux cerner l'environnement naturel. D'ailleurs les grandes théories de l'évolution se sont succédées et on voit bien qu'on ne peux souvent croire qu'à l'une ou à l'autre tant elles se contredisent parfois. De même aujourd'hui les travaux en génétique permettent de constater des erreurs faites autrerfois et de les rétablir en affinant les connaissances. Qui eu cru par exemple que les condors étaient plus proches des cigognes que des vautours?

Aller je fais une entorse à notre sujet et je vous raconte cette histoire...

Les condors peuplent les Amériques et les vautours l'ancien monde. Ces oiseaux se ressemblent morphologiquement, occupent les même types de milieux, sont tous charognards... Bref, tous les caractères visibles laissent à penser qu'ils sont très proches, et c'est pourquoi les premières classifications qui se basaient sur les caractères visibles les regroupèrent. C'est la génétique qui a permis d'établir des liens de parenté beaucoup plus étroits des condors avec les cigognes.

Le scénario serait donc que l'ancêtre commun à tous ces oiseaux ai donné naissance à une branche qui donna par la suite les vautours, et à une autre qui, plus tard, se scinda pour donner les condors et les cigognes.  

 

Les liens de parenté inattendus entre condors et vautoursMais recentrons-nous sur notre sujet voulez-vous?

On distingue principalement 7 niveaux de classification. C'est facile, il suffit de se souvenir du mot RECOFGE pour dire:

- Règne

- Embranchement

- Classe

- Ordre

- Famille

- Genre

- Espèce

A titre d'exemple, prenons l'homme:

- Règne : Animal

- Embranchement : Chordés

- Classe : Mammifères

- Ordre : Primates

- Famille : Hominidés

- Genre : Homo

- Espèce : Homo sapiens

Vous rencontrerez souvent des sous-espèces, des sous-embranchements, des super-classes... qui tendent à nuancer les liens de parenté autour de ces sept grand axes.

Bien, mais qu'en est-il de nos libellules? Commencons par le règne. Comme nous c'est le règne animal. L'embranchement? Il change déjà. C'est celui des arthropodes. "Arthropode" signifie pattes articulées. Ce sont des invertébrés constitués de segments qui s'articulent entre eux, souvent à cause de la présence d'une carapace externe. On trouve au sein de cet embranchement plusieurs classes dont celles des hexapodes, des myriapodes, des arachnides...

Nos libellules appartiennent à la classe des hexapodes, autrement dit les animaux à six pattes. Cette classe est plus connue sous le nom d'"insectes". Elle est la plus riche du règne animal. Peut-être 80% des animaux présents sur terre sont des insectes. Ils se distinguent par trois paires de pattes, deux paires d'ailes (qui peuvent parfois disparaitre comme chez les fourmi ou se transformer en élytres protectrices comme chez les scarabées) toutes situées sur un thorax. Le thorax est l'une des trois parties du corps de l'insecte avec la tête et l'abdomen

exemple d'insecte: le papillonexemple d'insecte: le criquet

 

 

 

 

 

 

exemple d'insecte: la mante religieuse

Alors on ne va pas faire le tour de tous les ordres au sein des hexapodes tant il y en a, mais l'un d'eux est celui des odonates. Ce sont les libellules. On y retrouve toutes les caractéristiques qui font d'elles des insectes:

Les caractéristiques d'un insecte chez la libellule

Les odonates sont un ordre très ancien. Parmi les plus vieux des insectes. On retrouve les plus anciennes libellules il y a plus de 320 millions d'années grâce aux restes fossiles. Aujourd'hui en France, on en rencontre à peu près une centaine d'espèces, dont la classification peut encore s'affiner en les rangeant dans deux sous-ordres qui sont les zygoptères, plus poétiquement appelées demoiselles, et les anisoptères, les grosses libellules.

Arbre simplifié des odonates dans l'embranchement des arthropodes

Vous remarquerez que l'on affine nos précisions. Nous voilà enfin au coeur des libellules. Et à quoi distingue-t-on les zygoptères des anisoptères? Et bien il existe quelques critères objectifs comme les ailes, les anisoptères ayant les ailes antérieures plus étroites que les postérieures tandis que les zygoptères les ont toutes les quatre identiques. Il y a aussi la forme d'une cellule particulière des ailes que l'on appelle la cellule discoïdale, et qui est triangulaire chez les anisoptères, quadrangulaire chez les zygoptères... Mais ma foi quelques critères subjectifs suffisent largement:

Les anisoptères sont toutes ces "grosses" libellules qui patrouillent inlassablement, d'un vol décidé et rapide, et qui une fois posées conservent les ailes ouvertes bien à plat. La plupart ont les yeux accolés, sauf chez les gomphes.

Les zygoptères sont toutes les "petites" libellules appelées demoiselles qui voletent délicatement, sans jamais faire de grandes distances. Elles sont fines et légères, et une fois posées

, leurs ailes sont repliées dans le dos, exception faite des lestes dont les ailes sont juste entrouvertes.

Libellula quadrimaculata - un anisoptère

 Calopteryx haemorroidalis - un zygoptère

 

 

 

 

 

 

Voilà en quelques explications simples comment se situent les libellules dans le règne animal. Les recherches évoluent cependant et qui sait si bientôt tout cela ne sera pas considéré comme faux?

En attendant cher lecteur il reste sage de ne pas oublier de t'émerveiller devant la nature qui t'environne. Alors comme on dit: bonnes obs!

 

Pour en savoir plus: "Les libellules de France, Belgique et Luxembourg" Daniel Grand et Jean-Pierre Boudot, Editions Parthénope

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×